Billetterie La Vignette : Réservez votre billet

Information Pass sanitaire Obligatoire

Dans le contexte de la crise sanitaire et de la généralisation du passeport sanitaire et en tant qu'établissement recevant du public, le théâtre a l'obligation de contrôler le pass sanitaire de chaque spectateur avant tout accès en salle.
Assurez-vous donc avant de venir assister à une représentation de pouvoir nous présenter un pass sanitaire européen avec un QR code, sur votre téléphone ou bien sur papier.
Pour rappel, il vous sera demandé de présenter l’un des trois documents suivants :
. soit l’attestation de statut vaccinal complet ;
. soit le certificat de rétablissement après contamination à la Covid-19 ;
. soit le résultat d’un test Covid négatif réalisé moins de 72 heures avant l'entrée au théâtre.

Les gestes barrières restent de rigueur.
Le port du masque reste obligatoire dans et à l'extérieur de la salle de spectacle.
Et du gel hydroalcoolique sera mis à votre disposition.

Steve Jobs

Steve Jobs

  • Mar. 28 sept. 2021 à 19 h 15 au jeu. 30 sept. 2021
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

Mardi 28 septembre 19:15
Mercredi 29 septembre 20:00
Jeudi 30 septembre 19:15

Texte Alban Lefranc
Mise en scène Robert Cantarella

Steve Jobs est mort, Steve Jobs peut apparaître. Celui que notre 21ème siècle a bien voulu ériger en maître des maîtres, revient devant nous mourir et nous haranguer. Et comme pour procéder à l'autopsie de ce pseudo-démiurge, l'auteur Alban Lefranc et le metteur en scène Robert Cantarella en démontent la figure. « Démonter », parce que le théâtre de Robert Cantarella a à voir avec l'atelier d'artisan dans lequel les outils sont les vivants et les objets, les idées. Un établi où se déposent et se mélangent les écritures, les modes de jeu, les façons de faire, où se cherchent les vitesses qui font que représenter n’est pas une fin en soi. Steve Jobs avec sa baraque foraine mondiale est la matière première de cet étalonnage : sa vie, ses colères fracassantes, son cancer du pancréas, ses objets, sa pomme, ses drogues, son pull col roulé, ses surfaces lisses, ses fenêtres lumineuses, ses infinis, ses perspectives, ses peuples, ses longues marches avec le Pape sur la muraille de Chine, et ainsi de suite. Il sera le représentant, la figure de proue de notre monde, de l’idée que notre époque se fait d’elle-même.
Et par la puissance sans équivalent de l’art du théâtre, par le jeu d'acteurs-plasticiens devenant Steve Jobs dans tous les états de sa construction et de sa décomposition, la pièce cherche à comprendre, joyeusement et avec insolence, de quoi Steve Jobs est le symptôme.

Records

Records

  • Jeu. 7 oct. à 20 h + autres dates
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

C’est en mai 2020, au cœur du premier confinement que Mathilde Monnier fait naître les premiers gestes de sa nouvelle pièce Records. Dans cette situation si paradoxale, entre trop-plein de paroles, de prédictions, d’images et de privations d’expérience réelle, détachés les uns des autres et immobiles, la chorégraphe trouve alors une réponse en allant chercher du côté de l’abstraction et de l’écriture musicale.
Prenant appui tout à la fois sur la voix de la soprano, cheffe d’orchestre et performeuse Barbara Hannigan lorsqu’elle interprète l’opéra de fin du monde Le Grand Macabre de Ligeti, et sur un espace vide composé de trois murs, la pièce explore, à travers les plans, les lignes, la verticalité et l’horizontalité d’une géométrie palpable, comment apprendre à vivre dans un espace dénudé et sans dépense inutile.
Records est une pièce pour six interprètes, six femmes qui habitent avec leur propre rythme cet espace à la fois clos et ouvert, où le mur devient figure d’appui, contre lequel elles se collent, s’appuient, qu’elles repoussent du dos, des mains, des pieds, comme une façon de figurer ce qui nous tient et nous retient, ce qui tient encore debout, malgré nous.

Alors Carcasse

Alors Carcasse

  • Mer. 13 oct. à 19 h 15 + autres dates
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

Mais qui est donc Carcasse ? Cette figure aussi fragile qu’obstinée, héros immobile, ni homme ni femme, debout sur un seuil, posant le plus simple et le plus puissant des actes : s’arrêter. Carcasse, c’est d’abord le nom de cette figure qui hante le texte Alors Carcasse de la dramaturge Mariette Navarro, poème théâtral composé comme un long plan fixe qui invite le lecteur-spectateur à cheminer à travers Carcasse, ce corps fictif, ce réceptacle, ce vide à remplir.
Comme pour tenter de résoudre l’énigme, la metteuse en scène Bérangère Vantusso réunit sur scène cinq comédiens et comédiennes-marionnettistes. Arrimés à leurs petites humanités et armés de ces tiges de bois qui servent à animer des marionnettes, ils donnent corps à cette carcasse et la font apparaître sous la forme hypothétique d’un être, une montagne, une grande marionnette, un décor, un sentiment, une vision intérieure. Le poème Alors Carcasse devient alors une épopée, une chanson de geste où l’on déroule les histoires comme on tisse un tapis, et fait entendre moins la résolution de l’énigme que la nature de l’humanité qui cherche à la résoudre.

No hard feelings

No hard feelings

  • Mar. 9 nov. 2021 à 20 h + autres horaires
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

Mais qui est donc Carcasse ? Cette figure aussi fragile qu’obstinée, héros immobile, ni homme ni femme, debout sur un seuil, posant le plus simple et le plus puissant des actes : s’arrêter. Carcasse, c’est d’abord le nom de cette figure qui hante le texte Alors Carcasse de la dramaturge Mariette Navarro, poème théâtral composé comme un long plan fixe qui invite le lecteur-spectateur à cheminer à travers Carcasse, ce corps fictif, ce réceptacle, ce vide à remplir.
Comme pour tenter de résoudre l’énigme, la metteuse en scène Bérangère Vantusso réunit sur scène cinq comédiens et comédiennes-marionnettistes. Arrimés à leurs petites humanités et armés de ces tiges de bois qui servent à animer des marionnettes, ils donnent corps à cette carcasse et la font apparaître sous la forme hypothétique d’un être, une montagne, une grande marionnette, un décor, un sentiment, une vision intérieure. Le poème Alors Carcasse devient alors une épopée, une chanson de geste où l’on déroule les histoires comme on tisse un tapis, et fait entendre moins la résolution de l’énigme que la nature de l’humanité qui cherche à la résoudre.

Augures

Augures

  • Ven. 12 nov. 2021 à 19 h 15
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

Avec Augures, l’autrice, metteuse en scène et actrice libanaise Chrystèle Khodr fait du théâtre avec l’histoire du théâtre de sa ville, Beyrouth, et plus précisément à partir de la mémoire de celles et ceux qui le faisaient durant la guerre du Liban. Questionnant les créateurs de théâtre durant la guerre, et plus précisément les actrices, elle interroge la réalité actuelle de sa propre génération.
Conçu comme une remise en question de l’histoire du théâtre au Liban, le projet de Chrystèle Khodr a recueilli les témoignages de cette époque et notamment ceux des actrices Hanane Hajj Ali et Randa Asmar, avec qui elle écrit et recompose le texte du spectacle, mêlant réalité et fiction.
Sur scène, les deux actrices retracent alors leur parcours théâtral depuis le début des années 80, en pleine guerre civile. Elles redessinent, à travers leurs souvenirs personnels et professionnels, la carte des théâtres et lieux de représentation maintenant disparus.
La pièce questionne l’activité théâtrale pendant une décennie de guerre - de 1980 jusqu’à 1991 - et le rapport de ces artistes à leur métier aujourd’hui. Dialogue d’une génération à une autre, dialogue du théâtre avec sa propre histoire, Augures fait de l’héritage, non pas une donnée fixe, mais une perpétuelle et nécessaire interrogation.

Bruegel

Bruegel

  • Mer. 17 nov. 2021 à 20 h + autres horaires
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

Au centre du tableau, une femme porte une cuirasse sur ses jupons. Armée d’un couteau et d’une épée elle s’avance, avec derrière elle une armée de femmes, pour piller l’Enfer. Cette femme c’est Margot La Folle, personnage central du tableau éponyme de Pierre Bruegel l’Ancien. Depuis cet âge d’or du 16ème siècle, le tableau, décrit comme une comédie ou une caricature, et Margot la Folle, appelée aussi du nom d’« hommasse » (cette expression qui décrit une femme aux allures masculines grossières) alimentent une image de la femme dangereuse, folle ou rageuse dès lors qu’elle prend les armes.
Margot la Folle est entrée dans l’histoire comme la furie géante, la mégère infernale qui, armée jusqu’aux dents, vole les affaires du diable. C’est à cette interprétation du tableau que Lisaboa Houbrechts s’attaque, proposant une plongée dans l’image et dans les intentions de l’époque, faisant dialoguer la figure de Margot la Folle avec Bruegel, cherchant dans l’Histoire et ses fantasmes archaïques à identifier ces objets de l’Enfer dont les femmes seraient les voleuses. Porté par six jeunes performeurs exaltés, par la beauté des madrigaux médiévaux chantés en direct par l’Ensemble polyphonique Harmonia Sacra et par les mélodies du joueur de kamancheh Mostafa Taleb, Bruegel plonge dans les récits et les représentations historiques pour abattre les portes closes.

Festival Bruits blancs #1

Festival Bruits blancs #1

  • Mar. 23 nov. 2021 à 19 h 15
  • Studio La Vignette - Montpellier

1ère partie # Natasha Muslera / Michel Simonot
Duo auteur / musicien

Natacha Muslera commence à élaborer une recherche expérimentale, poétique et sonore, de l’instrument voix, au début des années 1990 à Paris. Les performances de l’artiste confrontent tout autant les potentiels vocaux que les problématiques de normalité et d’esthétique, c’est-à-dire les limites que l’on assigne à la voix : celle de genre, de sexe, de classe, de registre, de langage dominant, ainsi qu’à la prédominance de certains sens. Ces recherches prennent vie et se concrétisent lors de concerts, d’improvisations libres, de performances sonores et plastiques, en France et ailleurs, Inde, Italie, Grèce, Russie, Belgique, Argentine, Allemagne, Québec, Canada, Islande, Hongrie, Espagne, Maroc, Autriche, Palestine, Suisse…

Michel Simonot est écrivain et metteur en scène. Il a écrit une vingtaine de textes, tous portés à la scène ou réalisés à France Culture (à l’exception de Le But de Roberto Carlos).
Michel Simonot a été auteur-metteur en scène associé au Théâtre Gérard Philipe de Saint Denis (C.D.N), sous la direction d’Alain Ollivier. Il a été auteur associé à des compagnies de théâtre et de danse. Il fait partie du Groupe PETROL, avec Lancelot Hamelin, Sylvain Levey et Philippe Malone.

2ème partie # inLAND | come back in broad day
Performance audiovisuelle / Vidéo en images de synthèse 3D audioréactives

Passages, traversées et métamorphoses tissent l’odyssée d’inLAND | come back in broad day.
Ces univers sont explorés en direct comme un jeu vidéo 3D dans lequel on déambulerait. Cette exploration est effectuée sur place ou à distance avec l’outil « gamer » Discord.
Dans ces espaces multiples, la perception se trouble entre réalité, matière et apparition. L’abstraction fait place à des paysages, échos aux mondes intérieurs qu’une narratrice semble déplier. Les visions s’effritent, l’image s’avère être une illusion. Nous faisons alors l’expérience de ce qui ne peut être dit ni représenté.

Ebloui

Ebloui

  • Mar. 30 nov. 2021 à 19 h 15 au jeu. 2 déc. 2021
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

I-Fang Lin est chorégraphe, performeuse et danseuse depuis près de trente ans. Cette histoire, cette mémoire, cette expérience constituent un parcours composé de multiples paysages, de formes, de figures, de sensations et ne peut jamais tout à fait se recomposer si ce n’est par bribes, par l’apparition de fantômes, de sons, de sensations, de gestes retrouvés au présent.
C’est ainsi que cette nouvelle pièce, Ebloui, est née de la rencontre entre I-Fang Lin et l’artiste visuel Jocelyn Cottencin, une rencontre entre mémoire et matière. Car loin d’une reconstitution autobiographique ou d’une histoire performée de la danse, c’est une expérience de ce trouble qu’I-Fang Lin et Jocelyn Cottencin proposent. Ils naviguent entre sculpture et image, entre souvenir et perte, faisant de la musique, de la lumière, du son, du corps autant de protagonistes porteurs de traces, autant de paysages graphiques, visuels et musicaux. Ébloui est comme un tour de magie qui commence par de la fumée, traverse des paysages en friche, revisite des états, des sensations, et active au présent un vocabulaire construit sur près de 30 ans de danse.

Festival Bruits blancs #2

Festival Bruits blancs #2

  • Jeu. 9 déc. 2021 à 19 h 15
  • Studio La Vignette - Montpellier

1ère partie # Fanny Vicens | accordéon et piano
Turn on, tune in, drop out d’Alexander Vert
De l’intérieur (création) de Nuria Gimenez

Dans cette pièce, Fanny Vicens travaille sur une synthèse croisée entre les sons de l'accordéon microtonal et le piano. Le projet dispose d’un dispositif très simple : une enceinte très proche de l'accordéoniste, deux qui l'entourent plus éloignées et deux au fond tournées comme une sorte d’écho. S’en libère une poétique qui relate ces périodes de confinement, dans lesquelles, le temps s'arrête partiellement. Le temps et l’espace permettent un passage vers l'intérieur, vers la mémoire mais aussi vers l'ouverture, vers le partage, et vers l’éclosion. L'ambiguïté de la microtonalité ainsi que le travail timbrique, sont des chemins vers ce passage, aux résonances lointaines par moments d'une berceuse catalane.

2ème partie # Tacit
Duo coréen (sous réserve)

3ème partie # Cellule Metamkine
Projecteurs cinéma Christophe Auger & Xavier Quérel,
Dispositif électroacoustique Jérôme Noetinger

La Cellule d’Intervention développe une idée de jeu entre image et son, le projecteur cinéma étant un instrument comme le magnétophone à bandes par exemple. Du cinéma pour les oreilles, de la musique pour les yeux.
Les performances de la Cellule d'Intervention Metamkine, allient projections 16mm et musique électroacoustique, dans la grande tradition du "cinéma élargi". Le musicien et les cinéastes sont sur scène, faisant face au public. Deux miroirs installés dans la salle reflètent les images sur un écran placé derrière eux. Sons et images sont travaillés en direct.
Depuis 1987, ils ont présenté leur travail dans plusieurs festivals, cinémas, galeries et espaces indépendants, en France, en Europe, au Canada, aux États-Unis, au Japon, en Corée et en Australie. Ils ont également développé des collaborations avec d'autres groupes comme Nachtluft, Voice Crack, Kinobits, Loophole Cinema, Tom Cora, La Flibuste ou Le Cube (avec Gaëlle Rouard, Étienne Caire, Christophe Cardoen et Lionel Marchetti).

Métropole

Métropole

  • Mar. 14 déc. 2021 à 19 h 15 au jeu. 16 déc. 2021
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

La pièce Métropole, comme son nom l’indique, traite de ce lieu conçu comme central, dynamique, bouillonnant, exerçant à la fois une attractivité et une sélection impitoyable pour y avoir accès. Ces centres, ces villes, ces bouillonnements, ces rapports économiques aux corps, ce contrôle des masses, Volmir Cordeiro continue de les interroger, faisant toujours le pari avec ces performances survoltées, que le corps social est contenu dans le corps individuel.
Si le chorégraphe interroge la métropole ce n’est pas en urbaniste, en géographe ou en sociologue mais en danseur, convaincu avant toute chose que c’est en lui que doivent être convoquées ces puissances à la fois créatrices et destructrices. « Je suis une métropole, dit Cordeiro en sous texte, je suis une baraque squattée, bidonvilles, voitures brûlées, feu propagé, obsession sécuritaire, urbanisme, fibres optiques, satellites, traçabilité, mobilité infernale, places nettes, argent, biotechnologie, vol d’oiseaux migrateurs, voix numérisées, badge, gouvernance, grève sauvage, sieste, émeutes... ».
Par ses danses convoquant le carnaval, le travestissement et les gestes subversifs, Volmir Cordeiro rappelle ce que le festif détient de possibilité de renversement, et poursuit sa quête des formes possibles de transcendance contemporaine.

Kap O Mond !

Kap O Mond !

  • Mar. 25 janv. 2022 à 19 h 15 au jeu. 27 janv. 2022
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

Mathieu rêve d’ailleurs, depuis sa banlieue endormie et les litanies de son père, professeur d’histoire, passionné par la Révolution française. Kendy, lui, est un jeune Haïtien venu étudier en France, réalisant ainsi le rêve d’ascension sociale de sa famille, déçue par la politique haïtienne depuis l’Indépendance. Alors que tout les oppose et au gré de leurs préjugés, les fantômes du passé se réveillent, dans l’amitié qui malgré tout se tisse.
Le metteur en scène Olivier Coulon-Jablonka accompagné de l’autrice Alice Carré et de l’auteur et chercheur haïtien Carlo Handy Charles, proposent ici une enquête historique sur les rapports de la France avec ses colonies au moment de la Révolution Française afin de regarder de plus près la révolution haïtienne. Convaincue que l’histoire passée continue de hanter le présent, l’équipe artistique cherche ici,en abordant l’histoire de la colonisation et de l’esclavage, à s’adresser plus particulièrement à la jeunesse.
À travers l’initiation de ces deux jeunes adultes, se croisent deux visages contemporains de France et d’Haïti, dans un perpétuel dialogue avec le passé colonial de la France révolutionnaire. En faisant de l’amitié la chambre d’échos des conflits antérieurs, Kap o mond ! traque le passé colonial dans le quotidien de ces deux jeunes hommes d’aujourd’hui, pour interroger de façon critique et non défaitiste l’universalisme et ses nécessaires mises à jour.

Concert Orchestre national de Montpellier

Concert Orchestre national de Montpellier

  • Jeu. 3 févr. 2022 à 19 h 15
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

Après la pétillante ouverture de La scala di seta, un de ses tout premiers opéras, Rossini nous enchantera avec son Concerto pour basson, composé à titre de morceau d’examen, lors de sa résidence à Bologne en tant que consultant honoraire au Conservatoire, pour l’un des élèves extrêmement talentueux, Nazzareno Gatti. Ce concerto se dégage immédiatement de l’ouvrage avec ses mouvements fortement diversifiés et ses traits virtuoses destinés à mettre en valeur le soliste. C’est Rodolphe Bernard, basson solo de l’Orchestre national Montpellier Occitanie, qui interprètera ce redoutable concerto.
Pour clore ce programme, Pulcinella Suite. Sur une commande de Serge Diaghilev, créateur des Ballets russes, Stravinsky se plongea dans les manuscrits de Pergolèse, compositeur italien du 18ème siècle, pour écrire cette musique de ballet. Le résultat surprit tout le monde, à commencer par Diaghilev lui-même. Ce thème emprunté à Pergolèse était de toute beauté.
La Suite que nous entendrons ici en a été tirée deux ans plus tard, en 1922. Elle place les parties vocales écrites pour le ballet dans l’orchestre et réduit la partition à onze pièces.

On va tout rendre

On va tout rendre

  • Mar. 8 févr. 2022 à 20 h + autres horaires
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

Sur le site de l’Acropole d’Athènes, les six cariatides qui soutiennent le temple d’Érechthéion sont en fait des copies. C’est au nouveau musée de l’Acropole que ces vraies statues de femmes sont visibles, disons cinq d’entre elles. Une place vide est en effet laissée pour la numéro 3, dans l’attente de son éventuelle restitution par le British Museum qui la possède dans ses collections, depuis que l’aristocrate écossais Thomas Bruce, 7ème Lord d’Elgin, la fit scier puis envoyer à Londres.
C’est à cette statue manquante, ce pillage, que la chorégraphe et performeuse Gaëlle Bourges s’intéresse, remontant le fil de l’histoire pour questionner la construction du mythe européen, s’efforçant d’ignorer, entre autres choses, ses racines majoritairement orientales. OVTR (ON VA TOUT RENDRE) fait vaciller ce mythe : le temps est venu de redistribuer les cartes. Une pièce pour six danseur.se.s, un performer et un musicien, où les chants, les mouvements, les coiffes, les dorures et les plumes, dans une réjouissante précision, invitent à rendre pour déposséder, à restituer pour œuvrer à un nouveau rapport à l’autre.

Le Chœur

Le Chœur

  • Mer. 9 mars 2022 à 20 h + autres horaires
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

Après Désordre du discours, où elle revisitait la conférence du philosophe Michel Foucault, la metteuse en scène Fanny de Chaillé revient à La Vignette en continuant d’explorer la parole, cette fois à l’échelle du collectif et à travers la forme très ancienne mais éminemment contemporaine : celle du chœur. Sur scène, dix comédiens et comédiennes forment un chœur. Une unité. Un corps. Pas de protagoniste identifié ni d’incarnation individuelle, chacun existe dans l’expérience collective. Fanny de Chaillé fait du chœur autant le sujet que la forme de son nouveau spectacle, proposé dans le cadre de Talents Adami Théâtre, ce dispositif qui réunit de jeunes acteurs et des artistes confirmés autour d’une expérience de transmission. Dans ce contexte, Fanny de Chaillé s’est donnée pour priorité de faire travailler ces jeunes acteurs autour des liens entre le plateau et la parole, à partir de l’œuvre du poète Pierre Alferi, en explorant le poème « Et la rue », extrait de son ouvrage Divers chaos. Cette écriture, véritable partition musicale, mêle la force du geste politique à la cadence métrique d’un flux poétique. Une forme polymorphe naît sur le plateau et donne à l’acteur une véritable responsabilité : celle du collectif, sans lequel rien ne peut se faire, ni au théâtre ni dans la vie. Le chœur, malgré son impuissance aujourd’hui à se réaliser, est une réponse possible à la crise que nous traversons, un enjeu vital du « monde d’après ».

En vrai, une enquête sur scène épisode 1 / Libye : l’enfer des exilés

En vrai, une enquête sur scène épisode 1 / Libye : l’enfer des exilés

  • Mer. 6 avr. 2022 à 19 h 15 au ven. 8 avr. 2022
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

Après le cycle des ”Pièces d’Actualité” dans lequel des artistes sont invités à créer depuis la ville d’Aubervilliers et au plus près de ses habitants, le Théâtre de la Commune propose les ”Pièces Journalistiques” où des réalisateurs de films documentaires décident de passer par le théâtre pour partager autrement les matériaux de leurs enquêtes.
La Conférence est la première pièce de ce nouveau cycle, dans laquelle les réalisateurs Etienne Huver (Prix Albert Londres 2016) et Jean-Baptiste Renaud proposent de confronter leur film Méditerranée : le nouveau cimetière des réfugiés à l’épreuve du théâtre, du public, du débat et sous l’œil de la metteuse en scène Marie-Josée Malis.
Durant trois mois, les deux réalisateurs ont intégré l’équipage de l’Océan Viking, ce bateau de SOS Méditerranée et pénétré dans l’un des plus effroyables camps de rétention de Lybie : celui de Zawiyah.
A partir de vidéos, photos, documents confidentiels, carnets de bords, témoignages et récits d’expérience, La Conférence explore un nouveau type de théâtre documentaire, multimédia et interactif où la parole entre la scène et la salle circule, où le débat se construit et où les préoccupations de chacun peuvent prendre le temps d’émerger. Le théâtre offre ici à l’information la possibilité de se partager dans une autre temporalité, loin, bien loin des flux accélérés et déshumanisants ou de la fixation des images qui anesthésie plus qu’elle ne pousse à la considération. Une nouvelle expérience du théâtre mais aussi de l’information, où la présence du journaliste sur un plateau rappelle la valeur ancienne de la chronique épique et la force du théâtre à réveiller toujours, et sous de multiples formes, le sens de l’humain.

Quiet

Quiet

  • Mer. 20 avr. 2022 à 20 h + autres horaires
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

Le mot anglais « quiet » signifie calme, silence, espace de retrait. Dans la pièce d’Arkadi Zaides, ce calme est avant tout une zone de sécurité, où, le temps d’une représentation, peuvent sortir les démons des conflits et toute leur irrationalité.
Pensé comme une réponse à la violence et au sentiment de méfiance toujours plus croissant entre Israéliens et Palestiniens, Quiet invite quatre danseurs, deux Israéliens et deux Palestiniens, à occuper sans risque cette zone d’expression. Sans risque, mais pas sans conséquences. Car Quiet est fait d’extrêmes tensions. C’est un paysage qui montre les manières dont chaque interprète a incorporé l’agression, la compassion, la confusion au cœur de sa vie intime et sociale sur les territoires du conflit. Dans un climat politique qui laisse peu de place à la réflexion, le chorégraphe et danseur israélien Arkadi Zaides réinterprète avec Quiet une de ces plus fameuses pièces, créée en 2010, qui dit à quel point il est encore nécessaire de rechercher des espaces de répit, où les tensions s’expriment et où la confiance progressivement se construit.

Glory Wall

Glory Wall

  • Ven. 27 mai 2022 à 19 h au dim. 29 mai 2022
  • Théâtre La Vignette - Montpellier

Leonardo Manzan